Se sentir libre et se laisser vivre de son inspiration permet à l’artiste de rentrer dans le monde imaginaire de la création et de l’interprétation. Ce temps si précieux qui nous est accordé ou que nous prenons, nous donne la possibilité de nous exprimer. Mais que se cache t-il réellement derrière ce temps quand l’artiste dans ces premiers balbutiements crée son œuvre?  Rêve, magie, espoir, désespoir !!!!

La naissance d’une grande œuvre prend souvent naissance dans la douleur, c’est ce que disait Ludwig Van Beethoven.

J’en suis convaincu. La tourmente des idées liée à l’exigence de la créativité procure du rêve mais peut provoquer du doute et même une certaine angoisse. Cette inquiétude vous fait réfléchir et grandir. En temps qu’artiste combien de fois je me suis remis en question, peur de ne pas être compris ou de ne pas être satisfait.

Détruire une sculpture dans l’atelier après des journées de travail, voir des semaines, cela doit vous surprendre. Cela arrive même après 35 ans d’expérience. Faire et refaire, construire et casser.  Enfin recommencer pour redonner une nouvelle une vie à son œuvre. Moments de joie, moments de doute, la vie d’un peintre, d’un musicien, d’un poète, d’un sculpteur, doit composer avec ses sentiments de haut et de bas pour interpréter cette mélodie de ses rêves intérieurs.

De cette volonté qui s’est forgée au fil des années, j’ai voulu faire naître des sculptures d’une infinie délicatesse, j’espère y avoir réussi.

Je trouve que tout ce qui est beau à regarder ou à écouter semble si simple à faire ou à jouer. Cela nous fait parfois oublier les efforts du créateur qui se cache derrière ces interprétations. N’est-ce pas la clé de la réussite et du talent qui opère comme par magie dans le silence des mots…

Dans l’espace et le temps. Nouvelle création

Dans l'espace et le temps Dans l'espace et le temps
Dans l'espace et le temps Dans l'espace et le temps Dans l'espace et le temps Dans l'espace et le temps

Un regard tourné vers une étoile qui brille à tous jamais dans mon cœur et qui ne pourra s’éteindre. Toi qui m’a tout donné de la vie, toi qui m’a tenu la main pour faire mes premiers dessins, tu me manques déjà beaucoup.