Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé : Sur une balançoire

Fil des billets - Fil des commentaires


vendredi 5 avril 2013

En habit de lumière sur une balançoire

Comme par magie, sous le geste précis du patineur, le feu et les acides ont dévoilés leurs secrets pour habiller de lumière le bronze Sur une balançoire.

Sur une balançoire

La technique:

Abel chauffe le bronze entre 180°C et 200°C au chalumeau  tout en appliquant des acides savamment étudiés. L’alchimie opère. Avec la chaleur, se produit alors une réaction chimique qui donnera la couleur du bronze définitive que l’on appellera la patine. L’œuvre sera ensuite cirée afin de lui donner la transparence et les reflets souhaités.

Voici quelques photos  réalisées lors de mon passage à la fonderie il y a quelques jours.

Sur une balançoire Sur une balançoire Sur une balançoire Sur une balançoire

mardi 13 mars 2012

De la terre à la résine.

Il y a quelque temps, je vous avais montré le modelage de la sculpture en terre Sur une balançoire.

Après avoir réalisé le creux perdu en plâtre de cette statue, j’ai coulé une résine.

Sur une balançoire

Le but de cette opération consiste à reprendre entièrement la sculpture. Beaucoup de modifications sont intervenues. J’ai redonné du volume aux jambes, aux bras, retouché le drapé et la dentelle,  refais une main et poncé toutes les surfaces du corps dans la plus grande délicatesse. Voici le résultat, un travail de patience et d’exigence mais cela en vaut bien la peine.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, en regardant cette sculpture, elle nous transporte vers les beaux jours. Elle respire le printemps et le soleil. Peut-être que la légèreté de sa robe, le déhanché de son corps, son romantisme et le chapeau y sont pour quelque chose.

Sur une balançoire Sur une balançoire Sur une balançoire

Exposition

Merci aux organisateurs du 44ème Salon Ile De France de Bourg-la-Reine qui m’ont si bien accueilli. Je souhaite un beau succès pour cette rencontre avec les Arts.
L’exposition se déroule jusqu’au 18 mars avec en invité d’honneur le peintre Éric Lepoureau.

vendredi 6 janvier 2012

Sur une balançoire, le temps s'est écoulé

 Malgré que le ciel soit assez sombre, les rayons de lumière hésitent et finissent par entrer dans l’atelier, faisant jouer ainsi, les ombres sur les statues de terre, de plâtre et de bronze. Dans cette ambiance, où l’imagination rythme le cœur de cette vie, dehors des signes précoces annoncent le printemps. La douceur est bien là. Il suffit d’observer les fleurs, de regarder le bourgeonnement des arbres ou d’écouter au petit matin le chant mélodieux des oiseaux. J’aime ces moments là que je peux apprécier de mon atelier, des moments de tranquillité et de rêveries.

Sur une balançoire, le temps s'est écoulé Sur une balançoire, le temps s'est écoulé Sur une balançoire, le temps s'est écoulé

Devant mes sculptures en ébauche, mes mains caressent la terre, la vie naît et s’anime, ma mémoire me plonge dans mon enfance.

Je me souviens des bois, des champs, de la nature, du vent qui balayaient les nuages dans un ciel chargé, et par surprise, laissaient apparaître un espace de ciel bleu qui illuminait les vallées de mon village Breton.

De mes 5 ou 6 ans, mes petits pas traçaient déjà dans les chemins creux, une vie simple et pure. Émerveillé à l’écoute d’un ruissellement d’eau transparente, à l’odeur des foins qui annonçaient les premières chaleurs de l’été, je vivais heureux et j’écoutais les paroles de mon père qui me guidaient.

Aujourd’hui, c’est moi qui voudrai t’aider à te faire un pas. Ce pas que tu faisais si bien en m’accompagnant dans cette découverte de la vie, mais, je suis impuissant devant ta maladie, je voudrais tellement prendre ta main pour te sortir de cet endroit aux blouses blanches, pour qu’enfin nous puissions retourner près de la rivière.

Je pense beaucoup à toi et je ne cherche qu’à puiser ma force et mon inspiration dans tout ces moments de vie.

Cette mélancolie d’un temps jadis se retrouve dans la dernière sculpture que je viens de terminer. Sur une balançoire, le temps a passé et j’ai voulu l’arrêter.

Demoiselle au visage rempli de douceur, sous ton chapeau de fleurs, et dans ta robe si légère, à quoi penses-tu ?